Comment occuper l’espace pendant vos formations en présentiel

Comment occuper l’espace pendant vos formations en présentiel

Dans cet article, je vais vous expliquer comment occuper l’espace lorsque nous sommes formateurs.

Certains d’entre vous auront peut-être remarqué (surtout les débutants) que lorsque vous arrivez dans une salle et que des stagiaires se sont déjà installés, vous ressentez une forme de malaise.

Comme si vous rentriez dans leur territoire alors que c’est VOTRE salle de formation !

Malaise bien sûr que les formateurs en distanciel ne ressentent pas puisqu’ils sont assis sur leur chaise, devant leur ordi, dans leur espace de travail.

Comment se fait-il que vous ayez cette sensation ?

Tout d’abord, je vous rassure, c’est tout à fait normal ! Surtout lorsque nous sommes débutants et que nous ne connaissons pas le lieu dans lequel nous allons animer la formation, c’est déstabilisant de voir que d’autres personnes s’y sont installées !

Cela renvoie à la notion de territoire. Ce territoire qui est censé être le vôtre, est déjà occupé. Votre cerveau reptilien déjà stressé par la nouveauté du lieu, associée au fait que vous débutez dans l’animation de formations, vous envoie des signaux négatifs qui augmentent votre trac.

Heureusement, ça va passer, faites-moi confiance !

Il est donc important que vous preniez vos marques dès que vous rentrez dans la salle.

 

animer une formaiton formationdeformateurs.fr

Conseil 1 : Prendre ses marques pour occuper l’espace

Fondamentalement, il est utile d’arriver 20 à 30 minutes avant l’heure de démarrage prévue pour la formation (sauf si c’est un endroit que vous maîtrisez parfaitement, bien sûr) pour pouvoir prendre ses marques.

Dans un premier temps, si des personnes sont déjà installées, prenez le temps de les saluer en vous présentant brièvement.

Puis, posez vos affaires dans l’espace proche du système de vidéo projection, ou du tableau ou paperboard, et, si vous en avez un, dans l’espace que l’organisme de formation ou l’entreprise vous a réservé (table, bureau).

Surtout, à moins que les tables et chaises soient rivées dans le sol (ne rigolez pas, je connais plusieurs endroits qui sont configurés de cette façon), prenez le temps d’organiser la salle (avec l’aide des personnes présentes) pour que l’espace vous convienne, à vous et à votre pédagogie.

Je vous laisse lire mon article à ce sujet.

Le fait d’avoir pris le temps d’agencer la salle, d’installer vos affaires, de tester le matériel… AVANT d’avoir à accueillir les stagiaires, cela vous permet de vous rassurer, de prendre possession des lieux et de réduire votre stress avant le démarrage.

Cela montre également aux stagiaires qui arrivent et entrent dans la salle, que vous êtes présents, accueillant et à l’aise. Ainsi ils se sentent « pris en main », vous affirmez votre leadership.

Conseil 2 : Comprendre l’importance du corps pour occuper l’espace

Je ne suis pas la seule à l’avoir constaté : un message passe autant par le corps et sa gestuelle que par la voix, surtout en présentiel. Je l’ai toujours intuitivement compris, toutefois, pour l’expliquer rien de tel que de se plonger dans les travaux d’Albert Merhabian.

Ces travaux mettent en évidence la prédominance de la communication non verbale et paraverbale dans la communication.

Si vous aimez les chiffres en voici quelques uns :

  • La Gestuelle (non-verbal) : les gestes ou l’absence de geste, l’attitude, le maintien, le regard, les mimiques, la poignée de main, le « look »… ont 55% d’impact sur la communication
  • Le ton de la voix (para verbal) a 38% d’impact
  • Le verbal (les mots) ont seulement 7 % d’impact sur le public.

Autrement dit, bien qu’il soit essentiel de travailler votre contenu, ce qui va surtout compter, ce sont votre voix et votre gestuelle et donc la façon dont vous occupez l’espace en restant statique ou en vous déplaçant.

En effet, votre posture et vos attitudes vont montrer :

  • soit que vous faites preuve d’assurance (même si vous avez le trac !) : regard franc, gestes déliés… ;
  • soit de la timidité ou des signes de stress : jouer avec ses lunettes, son stylo, ses bijoux, se déplacer sans cesse dans la pièce comme une sorte de lion en cage ;
  • soit de l’ouverture vers les autres : posture souple et posée, flexibilité du corps, gestuelle accordée sur la voix, par exemple ;
  • soit de la fermeture ou de la méfiance envers les autres : corps contracté, mâchoires crispées, bras systématiquement croisés, personne cachée derrière son bureau !
formationdeformateurs.fr

Conseil 3 : Se méfier de la posture du baobab ou de l’arbre

Pour occuper l’espace, rien ne sert de rester planté comme un piquet devant vos stagiaires, la posture de l’arbre ou du baobab que je vois décrite dans un grand nombre d’ouvrages est pertinente sur le papier mais complètement aberrante dans la réalité.

Voyons voir.

Cette posture signifierait :

  • Rester debout planté (pardon ancré) dans le sol,
  • Les bras animés,
  • Les mains hors des poches,
  • En posture ouverte : bras décroisés, torse en avant…,
  • Regarder les stagiaires alternativement,
  • Utiliser ses mains pour ponctuer son discours…

D’accord, sur le principe cela me plaît.

Sauf que dans la réalité quand vous devez animer une formation pendant 7 heures tous les jours devant 10 – 15 – 20 personnes, voire plus, cela devient impossible de tout contrôler en permanence sous peine de focaliser davantage sur vous que sur ce que vous dites et/ou l’apprentissage de vos stagiaires.

Soit vous chopez un torticolis à force de vouloir regarder tout le monde.

Soit les gens se demandent pourquoi vous restez planté là les pieds rivés au sol, sans bouger.

Soit vous avez des crampes et des fourmis dans les pieds, les jambes, les bras…

et je ne parle même pas de ceux qui veulent sourire à tout prix tout le temps (attention, je ne suis pas en train de dire qu’il faut faire la g… 😊 !) et qui se retrouvent avec les zygomatiques coincés !

photo of man holding black eyeglasses

Conseil 4 : Créer une dynamique pour occuper l’espace

En fait, il faut créer une dynamique dans vos formations et cela passe forcément par la façon dont vous occupez l’espace.

Pour cela, vous pouvez décider à certains moments d’être assis parmi le groupe, à d’autres d’être debout. Le tout c’est de savoir à quels moments le faire !

Parfois on va s’appuyer contre le bureau derrière nous, ou s’asseoir dessus (attention au placement des jambes dans ce cas, surtout pour les femmes en jupes !).

On va aussi aller écrire au tableau, ou utiliser le tableau papier.

Bref, vous l’aurez compris à certains moments nous seront assis parmi nos stagiaires et à d’autres nous bougerons, et nous déplacerons.

On peut avoir l’impression d’être plus à l’aise assis, mais la voix porte moins bien et cela ne donne pas suffisamment de dynamisme à la formation.

Un groupe a besoin d’un leader, et ce leader cela doit être vous et non un autre stagiaire qui pourrait très bien en profiter. Donc levez vous et bougez, cela vous permettra également d’évacuer votre stress.

Pour ceux qui sont en distanciel, la voix compte beaucoup et la gestuelle aussi, alors pensez à mettre la caméra de façon à ce que les stagiaires voient aussi vos mains qui s’animeront pour ponctuer votre discours, tenez-vous droit (mais pas raide), le dos contre le dossier, appuyez vos avant-bras sur la table devant vous, cela vous obligera à utiliser vos mains !

Conseil 5 : Soigner sa posture

Occuper l’espace, ce n’est pas seulement bouger !

Pensez à vous tenir droit (mais pas raide comme un piquet) car cela vous donne de la présence. Il suffit de relâcher les épaules et de relever un peu le menton.

Vos mains doivent animer votre discours, et je vous rassure (si vous étiez inquiet) dès que le stress vous aura lâché, au bout de quelques minutes, cela se fera tout seul.

Si vos mains partent dans vos poches de temps en temps, ce n’est pas grave. Tant qu’elles n’y restent pas en permanence.

Vous croisez les bras sur votre poitrine ? Tant que vous ne restez pas coincé dans cette position, c’est aussi un signe d’écoute et de repos.

Un conseil : videz vos poches de pantalon pour ne pas être tenté de jouer avec ce contenu sans vous en rendre compte. Cela agacerait les stagiaires au bout d’un moment.

Il faut bouger : s’adresser aux stagiaires, aller noter quelque chose au tableau ou au paperboard, revenir s’asseoir lorsque vous leur posez des questions pour montrer une meilleure écoute ; bref alterner mais ne restez pas planté devant eux car cela augmente votre stress et donc vos défauts posturaux.

Le regard est fondamental, il doit balayer l’assistance sans pour autant s’attarder trop longtemps sur une personne lorsque c’est vous qui parlez ; cependant, lorsqu’un stagiaire pose une question regardez-le avec bienveillance, tout en jetant un coup d’œil régulier au reste de l’assistance. Ne rentrez pas dans le piège du dialogue. Restez conscient que vous vous adressez à un groupe et que si on vous pose une question, votre réponse doit s’adresser à tous.

Évitez de tourner le dos trop longtemps à votre auditoire, notamment si vous devez utiliser le tableau blanc ou le tableau papier. Je vous l’expliquerai dans un autre article.

 

formationdeformateurs.fr

Conseil 6 : S’entrainer à occuper l’espace

Afin d’apprendre à occuper l’espace, je vous conseille de vous entraîner chez vous, en vous filmant de loin pour vous voir de pied avec une caméra ou votre téléphone portable.

EXERCICE :

D’abord, respirez, détendez-vous ! Vous pouvez faire des exercices de respiration comme je l’explique dans cet article.

Imaginez, par exemple, que vous accueillez votre groupe, que vous vous présentez, que vous faites votre introduction puis lancez votre tour de table.

Installez la caméra sur pied face à vous ou dans un angle de la pièce si cela vous angoisse trop.

Il faut que vous soyez de pied dans le cadre.

Filmez-vous sur un long moment, au moins 15 minutes, car il faut laisser le naturel prendre le pas (les 5 premières minutes ne sont jamais révélatrices de votre VRAIE posture).

Ensuite, laissez poser un peu, sortez faire un petit tour ou faites une activité de détente pendant au moins 10 minutes.

Maintenant regardez-vous : comment est votre corps, où sont vos bras, bougez vous un peu, trop ? Mettez-vous vos mains dans vos poches ? Est-ce que vous vous dandinez ?

Notez vos réflexions. Relisez-les une nouvelle fois et choisissez un point à travailler. Un seul.

Réentraînez-vous 2 ou 3 jours après en essayant de travailler ce point en particulier (en vous filmant de nouveau).

Pourquoi travailler un seul point à la fois et non deux ou plus ? Tout simplement parce que c’est plus efficace de faire les choses les unes après les autres, les résultats sont meilleurs et cela est stimulant. En effet, imaginez que vous devez construire un bel escalier, cela ne vous viendrait par à idée de commencer par la troisième marche directement, il vous faudra poser chaque marche l’une après l’autre. C’est exactement pareil pour construire un changement durable dans votre posture.

Attention : même si vos proches sont sympas et veulent vous aider en vous conseillant. Méfiez-vous du « Fais pas ci, fais pas ça », car ce serait dommage que cela vous bloque. Tournez-vous plutôt vers un professionnel de la prise de parole en public qui vous aidera avec neutralité et bienveillance.

Conclusion

En conclusion, il est important pour un formateur de prendre SES marques dans la salle de formation et de bien se placer en termes de posture devant ses stagiaires.

Dans un prochain article, je vous propose de parler davantage de la gestuelle et du non verbal du formateur.

En attendant, je tiens à rassurer les plus inquiets, car je sais d’expérience qu’à force d’entrainement et surtout de pratique, on progresse énormément, à condition d’en avoir envie.

A vous de jouer 🙂

Et vous ? Comment occupez-vous l’espace dans vos salles de formation ?

Avez-vous d’autres points qui vous bloquent ?

A très vite

Nathalie

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)

2 thoughts on “Comment occuper l’espace pendant vos formations en présentiel

  1. Je serais passer directement au dernier point : s’entraîner ! Alors que cela en vaut vraiment la peine de prendre conscience des points qui se trouvent avant ! Merci pour cet article très intéressant

  2. Merci pour tous ces conseils. L’occupation de l’espace est primordiale. Il faut être dynamique, bouger, capter l’attention et la conserver. Clairement pas évident, même après des années lorsque l’on doit présenter devant des inconnus.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :