Comment gérer le téléphone portable dans vos formations ?

Comment gérer le téléphone portable dans vos formations ?

Dans cet article, je vais vous parler d’un sujet qui nous hérisse le poil quand on anime une formation (ou une réunion) : la sonnerie ou la vibration intempestive du téléphone portable.

Je ne parle pas bien évidemment de notre téléphone portable (j’espère que vous avez pensé à le mettre en mode silencieux ou avion). Parce qu’en premier lieu, bien sûr, il convient de montrer l’exemple. Si notre portable sonne ou vibre sans arrêt, bien sûr, nos stagiaires suivront le mouvement !

Non, je parle du téléphone portable de NOS stagiaires. Ce téléphone qui a le don de sonner ou de vibrer de façon extrêmement pénible pendant que nous sommes en train d’expliquer un truc très important.

J’aimerai vous dire que cela ne m’est jamais arrivé, malheureusement ce serait mentir.

Donc voici une compilation de mes conseils, inspirés de ce qui fonctionne pour moi (et surtout des bêtises que j’ai faites).

Bien sûr, vous pouvez me partager vos astuces dans les commentaires car je suis toujours à l’affut de nouveautés.

 

Établir des règles générales de bon usage du téléphone portable

Dès le départ, je conseille de bien poser nos règles de fonctionnement.

J’en entends certains qui se disent que nous avons affaire à des adultes et pas à des gamins et que le bon sens voudrait qu’ils éteignent leur téléphone pendant la formation !

Oui, oui, je vous l’accorde quand on anime, on trouve cela normal, mais quand on assiste à une formation (que l’on a peut-être voulu ou PAS !) il peut être tentant de garder son téléphone sous la main.

Au cas où on s’ennuierait mortellement, au cas où la nounou (l’école, le collège, le lycée, la fac…) appellerait, au cas où le client trucmuche nous rappellerait enfin, à moins que ce ne soit notre boss… Bref, tout un tas d’excuses qui semblent tout à fait légitimes à leur propriétaire.

Et je ne vous parle même pas de cette formation que j’ai animé dans un hôpital à l’intention de personnel soignant, qui répondaient sans arrêt à leur téléphone, sortaient pendant plusieurs dizaines de minutes, revenaient… et ainsi de suite. Les règles avaient été posées en amont avec leur hiérarchie. Cette même hiérarchie qui le jour J les avaient tout bonnement mis de garde, voire laissés inscrits au planning de soins. Dans ces conditions où des vies humaines sont en jeu, impossible de les empêcher de répondre à leur bipper ou tel pro. Ce fut un vrai plaisir à gérer 😊 Je vous raconterais plus tard comment je suis venue à bout de ce cauchemar !

Comment et quand établir les règles d’utilisation du téléphone portable

La technique la plus simple et qui marche le mieux dans 99 % des cas c’est de l’annoncer dès les premières minutes, avant même de faire notre présentation.

Ma technique : fermer ostensiblement son propre portable face à la salle en ajoutant un commentaire comme : « je vous propose de faire comme moi, nous pourrons les rallumer à la pause pour écouter nos messages ».

Puis, rangez votre téléphone dans votre sac, ne le laissez pas en vue sur la table. Demandez gentiment aux gens du groupe de faire de même car il serait trop tentant d’y jeter un coup d’œil de temps en temps.

Il peut être judicieux, face à certains récalcitrants de rappeler qu’ils sont là pour apprendre et travailler ensemble. Les pauses sont faites pour se rendre à nouveau brièvement disponible pour les gens de l’extérieur.

Selon les secteurs d’activités et les métiers de vos interlocuteurs, il peut être judicieux de faire des pauses courtes plus souvent ou au contraire une seule pause dans la matinée mais plus longue.

Si vous ne savez pas ce qui convient le mieux à vos stagiaires, demandez-leur dès le début.

Exemple : vous pouvez très bien dire que vous pensez mettre en place une pause de 10h à 10h30 ou deux petites pauses de 15 minutes chacune et leur demander ce qu’ils en pensent.

Vous fixez ensemble cette règle pour toute la durée de la formation et vous l’appliquez.

Gérer le « Oui mais… j’attends un appel de la plus haute importance »

Et oui, dans vos groupes de stagiaires il y en a toujours un qui se prendra pour Dieu (celui que j’appelle « prof » et dont je parle dans cet article) ou il y a vraiment quelqu’un qui attend un appel extrêmement important (d’un recruteur, d’un hiérarchique…).

Dans ce cas de figure, j’aime prendre les devants, dès les premières minutes, je dis clairement au groupe que si quelqu’un attend un appel VITAL, il met son portable sur vibreur dans sa poche et il sort de la salle immédiatement pour répondre.

Cela m’est arrivé de temps en temps, peut-être une dizaine de fois sur des milliers d’heures de formation en plus de 20 ans.

Plus rare : la personne ne vous a pas prévenu qu’elle attendait un appel important. Soudain, elle se lève et sort précipitamment de la salle.

Quand la personne revient je continue comme si de rien était. Je ne fais pas de résumé, je ne lui fais pas de blague pourrie, je la laisse se rasseoir. Éventuellement, nous reparlerons à la pause de tout cela en douceur et sans jugement de ma part (oui, oui même si ça me gonfle !).

Quand un stagiaire se sent plus important que le commun des mortels et répond à son téléphone en pleine séance

Il m’est arrivé par deux fois de rencontrer un individu qui non seulement n’éteint pas son téléphone, ne le met pas sur vibreur mais en plus se permet de répondre dans la salle en parlant fort ou en chuchotant.

N’oubliez pas qu’il s’agit de votre formation. Vous êtes le leader, donc vous devez agir !

Ce que j’ai fait et qui a fonctionné : je me suis arrêtée de parler, en regardant le groupe d’un air entendu, mes configurations de salles étant en U avec ou sans tables, je me suis rapprochée du stagiaire concerné pour lui faire face et j’ai demandé à parler à son interlocuteur d’une voix posée, assurée, sans crier mais suffisamment fort pour que la personne au bout du fil entende. Les deux fois, la personne a violemment rougi, raccroché précipitamment.

J’ai ensuite reculé légèrement en regardant le groupe et rappelé les consignes de façon générale en m’adressant à tous, puis j’ai tourné les talons et je suis retournée face au groupe en reprenant là où je m’étais arrêtée.

Inutile de prendre la personne à part et de lui remonter les bretelles si vous avez fait ce que j’ai dit plus haut.

En général, à la pause la personne vient d’elle-même s’excuser ou elle vous fuit délibérément.

Un facteur fondamental à prendre en compte : le groupe. Si vous restez poli, correct, posé et que vous dites les choses en vous adressant à tout le monde, le groupe de stagiaires vous soutiendra VOUS. Inutile de tomber dans le piège du triangle de Karpman comme je l’explique dans cet article.

A l’inverse si vous criez ou vous énervez sur un stagiaire, même si vous avez raison, le groupe le défendra, ainsi vous perdrez la main sur groupe et la situation risque de vous échapper.

A titre de rappel, selon moi, un bon formateur doit toujours rester neutre et bienveillant, même si ce n’est pas toujours facile à faire.

Vous pouvez également lire mon article sur “comment gérer les stagiaires difficiles”.

A vous de jouer 😊

Et vous ? Quelles sont vos astuces pour gérer le tel portable pendant vos formations ?

A très vite dans les commentaires

Nathalie

tel portable formationdeformateurs.fr
Photo by PhotoMIX Company
Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 thoughts on “Comment gérer le téléphone portable dans vos formations ?

  1. Excellent rappel des stratégies pour gérer l’usage des téléphones en formation. De mon côté j’aurais carrément tendance à faire un “panier a téléphones” en début de session. Tout le monde le dépose dedans moi compris. On le récupère à la pause ou a la fin si la formation n’est pas longue. LOL. (Ça peut marcher pour des très petits groupes ou des leçons privées, peut être pas pour des groupes de 50 personnes.)
    Mais c’est peut être un peu extrême !

    1. Merci Martin pour cette excellente idée. Effectivement elle peut être intéressante à appliquer pour des petits groupes à condition que chacun soit d’accord car sinon, cela pourrait être considéré comme une atteinte à la liberté individuelle (pour des adultes, bien sûr) !

  2. Bonjour Nathalie, merci pour ton partage. C’est très intéressant. Je retient votre anecdote du stagiaire qui se permet de répondre pendant votre formation. C’est tellement déplacé… je ne sais pas si je réussirais à garder mon calme. En tout cas, je garde vos précieux conseils dans un coin de ma tête.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :