Des astuces pour rédiger un QCM dans vos formations

Des astuces pour rédiger un QCM dans vos formations

J’adore les QCM (Questionnaire à Choix Multiples) comme outil d’animation et en général mes stagiaires aussi 😊

Bien sûr, il ne faut pas en abuser mais quasiment toutes les matières enseignées peuvent faire l’objet de QCM.

A quoi sert un QCM ?

Un QCM c’est un outil à la fois ludique et extrêmement pédagogique.

Je l’ai constaté dans les formations que j’anime et également à la maison pendant la période covid. Mon fils est collégien et pendant le premier confinement il avait beaucoup de cours en visio. Certains professeurs faisaient ensuite passer des QCM. Ces QCM étaient minutés ou non, notés ou non. Leur but était de vérifier les acquis et aider les enfants à se focaliser sur les points essentiels à retenir. Mon fils était ravi par le côté ludique du QCM et il a travaillé dur pour se préparer, à chaque fois. Pour lui, c’était très motivant alors qu’il déteste les évaluations en classe et il a mieux retenu ses leçons !

Mais, revenons à nos moutons.

Le QCM permet, par exemple, de mesurer rapidement le niveau d’expertise d’un apprenant dans notre domaine.

Grâce au QCM vous pouvez savoir au moment où vous le décidez si vos stagiaires ont compris ou retenu votre cours ou une partie de celui-ci.

Il renforce la mémorisation des stagiaires si vous en faites régulièrement (mais pas trop 😊).

Quand les apprenants se sont trompés, c’est l’opportunité idéale pour revenir sur le sujet et ainsi de renforcer les acquis de tous.

Quel outil pour construire un QCM ?

Pour les formateurs en présentiel, vous pouvez utiliser un traitement de texte basique. C’est le plus simple. Vous le préparez sur votre ordi, vous l’imprimez puis le jour J, au moment voulu vous le distribuez. Ensuite, vous en faites la correction collectivement en donnant les résultats à l’oral en échangeant avec vos stagiaires (comme je l’’explique plus bas).

Vous pouvez utilisez le symbole ¨ tout simplement en cliquant sur l’onglet « Insertion » puis complètement à droite de votre écran sur « Symbole ».

formationdeformateurs.fr

Vous pouvez également intégrer des blocs en suivant cette procédure.

Il existe également des outils technologiques qui permettent de créer des QCM interactifs. C’est super ludique. Par contre, cela demande de bien maîtriser l’outil et que chaque stagiaire soit doté d’un ordinateur, d’une tablette ou qu’il télécharge l’application sur son smartphone. Idéal si vos formations sont en distanciel.

Voici un lien vers Beekast qui est très intéressant à utiliser pour vos réunions ou vos formations.

Beekast - formationdeformateurs.fr

Il existe aussi QRuiz.net qui est gratuit et permet également de faire des évaluations dev os formations et plein d’autres choses que je vous laisse découvrir sur leur site.

QRuiz.net - formationdeformateurs.fr

Pour ceux qui animent en distanciel et ont un blog WordPress, je vous invite à lire cet excellent article du blog de Marc Landman.

Il existe d’autres outils. N’hésitez pas dans les commentaires à me partager celui que vous utilisez et ce que vous en pensez.

Comment construire mon QCM ?

Je ne vais pas pouvoir vous aider sur le contenu puisqu’il dépend forcément de votre domaine d’expertise.

Toutefois, je vais vous partager ci-dessous quelques astuces qui vous aideront à construire votre QCM.

Astuce 1 : sa longueur doit être courte.

L’important pour que le QCM reste ludique et pédagogique, c’est de limiter le nombre de questions à 10 ou 15 maximum. Il faut que les stagiaires y passent 7 minutes maximum. Parce que ce qui compte réellement c’est le debriefing que vous allez faire ensuite.

Astuce 2 : choisir le bon timing

Pour évaluer l’expertise de vos stagiaires dans un domaine avant de démarrer. Vous pouvez faire passer le QCM après votre intro, tour de table et présentation.

Pour évaluer vos stagiaires sur leur capacité à mémoriser la formation. C’est intéressant de le faire en deuxième partie de journée, par exemple après l’intro pour valider les acquis de la première partie de journée et démarrer efficacement. Quitte à prendre le temps de consolider ce qui n’était pas su ou compris. C’est mieux que de partir bille en tête et de perdre des stagiaires en route !

Astuce 3 : soigner le debriefing

Il est essentiel pour vos apprenants de ne pas sentir de jugement dans ce debriefing.

Ils ont déjà naturellement tendance à se comparer aux autres et à se trouver nuls s’ils sont débutants. Donc inutile d’enfoncer le clou en disant que vous êtes déçu parce que vous espériez que leur niveau serait meilleur, ou autre ! Restez neutre et bienveillant ; même si je comprends personnellement qu’on puisse parfois être contrarié par les résultats de certains QCM.

Notre mission de formateur c’est avant tout de faire progresser les gens, donc essayons jusqu’au bout du temps qui nous est imparti de réussir, même si parfois on ne boucle pas le programme complètement. On pourra toujours proposer à l’entreprise une journée complémentaire si besoin.

Si vous restez dans cette posture de non-jugement, cela calmera également les ardeurs des « Grincheux » et autres « Profs » que vous pourriez avoir parmi les stagiaires. Je vous laisse lire mes articles à ce sujet.

qcm formationdeformateurs.fr

Comment débriefer un QCM ?

Pour débriefer, j’ai banni les tours de table.

Je reprends avec le vidéoprojecteur ou mon support la question 1 et les différentes possibilités de choix A, B, C ou D.

Je demande qui a voté pour A, pour B… et je mets des bâtons sur mon support.

Quand tout le monde s’est exprimé je donne le résultat.

Par exemple, je dis « la bonne réponse était la B ».

Si personne ne s’était trompé, je les félicite et passe à la question suivante.

Si une personne ou plus avait commis une erreur, je prends le temps d’expliquer collectivement pourquoi la réponse bonne était la B. Afin que tout le monde reste à l’aise je ne dis pas « Machin, vous qui vous êtes trompé, il faut faire attention à … ».

C’est pourquoi je mets des bâtons et non les noms des personnes en face des items.

Ce qui compte c’est que tout le monde avance et non de focaliser sur une personne en pointant systématiquement qu’elle avait tout faux. Cela peut arriver malheureusement d’avoir un stagiaire qui n’a pas du tout le niveau des autres. On devra faire un réajustement avec lui, mais j’en parlerai dans un autre article.

A vous de jouer !

Est-ce que vous créez des QCM ? Quels outils utilisez-vous ?

Merci de vos échanges précieux dans vos commentaires.

A très vite

Nathalie

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)

4 thoughts on “Des astuces pour rédiger un QCM dans vos formations

  1. Faire des QCM, c’est une bonne stratégie. Ce n’est pas long à répondre et les gens se prêtent plus au jeu. J’aime bien ta manière de procéder où personne n’est pointé du doigt et dévalorisé.
    Merci pour cet article intéressant

  2. Je trouve que les QCM sous forme de jeux comme kahoot permettent d’impliquer encore plus les participants (système de points et classement des joueurs), c’est une bonne alternative pour animer une séance aussi .

    1. Effectivement c’est un bon outil, je souhaite écrire un article à ce sujet, aussi, votre expérience en la matière m’intéresse si vous avez le temps de me raconter comment vous vous en servez, dans quelle situation et avec quel public, ce serait super. En attendant, merci beaucoup pour votre commentaire 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :